Un président élu dans une « légalité »  illégitime !

0
258

Si on pense que des manifestions violentes pourront exercer une pression afin de faire partir Macky SALL, on se trompe.

Si on pense que nos lamentations devant des consultants et ambassades étrangères pousseront la communauté internationale à venir déloger Macky Sall, on se trompe.

Si on pense que nos forces armées vont répondre à des appels pour prendre le pouvoir, on se trompe.

Ils n’en feront RIEN.

Revenons à la raison, arrêtons de se comporter comme des enfants gâtés qui prennent leur désir pour la réalité.

Eloignons nous de toute émotion !

Soyons suffisamment lucide pour analyser les faits, reconnaitre nos forces et nos faiblesses au lieu de brandir des muscles et des menaces.

La victoire de Macky Sall est validée dans la « légalité », on respecte mais elle reste illégitime.

  • Est légal ce qui est autorisé par la loi existante, ce qui est conforme au texte de
  • Est légitime  ce qui assure le fondement du pouvoir et la justification de l'obéissance qui lui est due ; ce qui est reconnu comme juste et acceptable par l’ensemble des parties prenantes.

Pour l’élection présidentielle du Sénégal tenue ce dimanche 24 février, les règles du jeu ont été faussées depuis le début. De la confection des cartes d’électeurs à la validation du parrainage qui ont été d'une opacité troublante sans parler de l’utilisation abusive des moyens de l’Etat pour faire campagne et des achats de conscience en masse.

Devons-nous accepter que le sort de millions de nos compatriotes sénégalais soit confisqué par des voleurs qui devront tout décider pendant 5 ans sans légitimité aucune ?

Non.

Alors comment faire ? Par où commencer ? Comment procéder ?

Une chose est certaine, utiliser la violence et installer le chaos ne doivent même pas être envisagé.  Une seule solution existe en mon sens. Une solution pacifique et respectueuse de la loi.

Laquelle ?

Gagner les élections législatives en 2022, changer la constitution, y rajouter une procédure de destitution simplifiée, destituer Macky Sall, le juger pour hautes trahison, faux et usage de faux et ensuite organiser des élections libre et transparente où tous les candidats partiront avec des chances égales.

Celui qui doit diriger le Sénégal doit être choisi par les sénégalais dans la transparence la plus totale. La voix du peuple doit être représentative, respecter et sacraliser.

Tous les acteurs politiques de l’opposition doivent mener ce combat de principe et s'engager fermement pour cela. Il faudra le mener partout et l’expliquer clairement à nos compatriotes. Macky Sall doit partir et pour cela, nous devons gagner les élections législatives et le destituer.

Toute autre solution nous mènera probablement vers une impasse.

On me dira qu’ils peuvent utiliser les même stratégies pour voler encore les législatives de 2022.

Je dis oui si nous continuons toujours à agir de la même manière. Si nous continuons à agir de façon égoïste.

Rappelons-nous que Mame Adama Gueye qui avait la noblesse de renoncer à sa candidature pour se concentrer sur la sécurisation du vote n’a reçu dans la réalité des faits aucun soutien matériel sérieux de la part des leaders qui se sont simplement contentés de venir signer devant la presse et se limiter à cela. Ils ont préféré mettre les moyens à leur disposition au service de leur ambition.

Rappelons-nous que c’est par une vision claire, les assises nationales et la sincérité des parties prenantes de l’opposition d’alors que nous avions réussis à mobiliser le peuple au tour de l’essentiel. Refonder la république.

Wade avec tout son génie n’a pu rien faire face à une telle unité et détermination de l’opposition. Même si Niasse et Tanor ont tout gâté au dernier moment par leur égocentrisme. Ainsi le travail de tout un peuple est tombé entre les mains d’un usurpateur comme Macky Sall.

Donc mobilisons nos forces et nos énergies pour mettre en place des stratégies intelligentes et sérieuses pour sécuriser le vote à l’avenir, mobiliser les sénégalais au tour de l’essentiel comme lors des assises nationales.

Idy, Sonko, Madické, Issa Sall et tous les leaders de l’opposition qui les ont soutenus doivent mettre de côté leurs ambitions personnelles et celle de leur parti pour la réalisation de ce seul objectif.

C’est possible car si en 2017 l’opposition dans sa totalité avait une liste unique, elle allait certainement gagner les élections législatives mais les calculs et intérêts personnels des uns et des autres ont tout fait capoter.

Que tous les candidats commencent par rejeter avec force les résultats des élections. Ce qui est déjà fait.

Que tous les acteurs politiques qui étaient dans l’opposition commencent par oublier leur personne et leur formation politique.

Que tous aient un seul but, un seul objectif.

Ameth diallo