PRÉSIDENTIELLE 2020 : l’USSEL, l’unité chargée de sécuriser le scrutin, officiellement lancée

A quelques semaines de l’élection présidentielle du 18 octobre prochain, l’Unité spéciale de sécurisation des élections (USSEL) a officiellement lancé ses activités ce vendredi 11 septembre 2020 à Conakry. Une occasion pour le général Ibrahima Baldé d’annoncer les dispositions prises pour éviter des actes de vandalisme sur le matériel électoral. C’est le président de la CENI, Kabinet Cissé, qui a présidé le lancement officiel desdites activités.

Dans sa communication, le général Ibrahima Baldé, le coordinateur de l’USSEL, a rappelé la composition et  la mission de cette unité. « L’Unité spéciale de sécurisation des élections est composée exclusivement des militaires de la gendarmerie nationale et des fonctionnaires de la police nationale et de la protection civile. L’USSEL est commandée par un officier général du Haut commandement de la gendarmerie et un officier général, directeur général de la police nationale. Ce commandement se repose sur un état major chargé de coordonner et d’orienter les activités de sécurisation des élections. Il y a deux représentants du MATD et deux représentants de la CENI. L’USSEL, donc, a pour mission la sécurisation du processus électoral sur toute l’étendue du territoire national. Du centre des opérations, le centre des opérations coordonne toutes les opérations de sécurisation des élections sur le terrain avec les unités territoriales d’intervention et les services de renseignement de la gendarmerie, de la police et de la protection civile », a-t-il annoncé.

Contrairement aux élections passées lors desquelles des actes de vandalisme avaient été enregistrés, le général Ibrahima Baldé promet que ce ne sera pas le cas pour le prochain scrutin. « Nous allons prendre toutes les dispositions pour empêcher cette fois-ci les actes (de vandalisme) et autres tels qu’ils s’étaient passés pendant les élections législatives et référendaire, notamment les attaques sur le matériel électoral. Il faudrait que le matériel électoral soit transporté de façon très sûre et qu’à destination qu’ils soient bien sécurisés jusqu’au jour de leur consommation. Pendant ce temps, il y a les activités des différents leaders qui sont engagés dans le processus, il y a un certain nombre de candidats dont les listes officielles vont nous parvenir, lorsqu’il sera question qu’ils soient sur le terrain sur l’ensemble du territoire nécessairement il faut assurer la sécurité des itinéraires, assurer la sécurité des lieux de meeting et même s’il y a des problèmes assurer la sécurité des sièges. Tout cela relève de nos attributions. Et le jour du vote, nous devons être présents auprès de tous les démembrements de la CENI pour les opérations de vote…», a expliqué le patron de la gendarmerie nationale.

En procédant au lancement officiel des activités de l’USSEL, le président de la CENI, Kabinet Cissé, s’est réjoui de cette avancée vers l’organisation d’un scrutin sécurisé et apaisé. « Etre là aujourd’hui pour lancer les activités de l’USSEL, vous comprendrez que vraiment pour nous c’est une joie. En lançant les activités de l’USSEL, ça veut dire que notre chronogramme tient bon », s’est-il félicité.

Par ailleurs, Kabinet Cissé a indiqué que la mission de l’USSEL alerte la CENI sur trois dimensions importantes. « La première dimension, c’est le respect du cadre juridique. Deuxième défi, c’est la dimension territorialité, c’est-à-dire géographique. Votre mission couvre tout le territoire national et vous vous rendrez compte des différents bureaux qui vont exister qui seraient de plus de 15 000 et vous devez être présents dans tous les bureaux de vote. Troisième et dernier défi majeur, c’est la question logistique, ça nécessite des gros moyens, des moyens de déplacement, des moyens de communication à temps, parce que pour réussir une telle, il faut une bonne coordination », a-t-il ajouté.

Balla Yombouno

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!