Nantes : les supporters se mobilisent pour réaliser le rêve d’un jeune sénégalais

Depuis le 2 septembre, un élan de solidarité s’est mis en place en Loire-Atlantique et au Sénégal pour essayer de réaliser le rêve d’un supporter des canaris basé à Dakar. Une cagnotte a été mise en place pour financer la venue prochaine de Ndiawar Diongue à La Beaujoire. Il ne manque plus que le visa.
 
En coulisses, le jeu à la nantaise continue à sévir en Loire-Atlantique et même au-delà. Le 2 septembre dernier, Frédéric Pineau plus connu des twittos sous le nom de “Kerzadarian”, relaie un tweet de Ndiawar par ces quelques mots: “Voilà un gazier qui mériterait de découvrir la Beaujoire !” 
Ni une ni deux, quelques minutes plus tard, Maxime, un autre supporter des canaris qui travaille à Dakar, lance une cagnotte leetchi pour financer la venue du supporter et l’informe qu’il va s’occuper des démarches administratives. L’association de supporters “Activ Nantes Supports” prend le relais afin de réserver des places à La Beaujoire pour Nantes-Qarabag et Nantes-Clermont fin octobre, trouver l’hébergement et organiser une visite de la cité des Ducs.
En quarante-huit heures tout était réglé pour qu’il passe un week-end formidable à Nantes et la cagnotte était déjà à 1.500 euros. Même Nicolas Pallois lui a promis son maillot”, explique Maxime. Frédéric Pineau se réjouit évidemment de cet élan. “On a la chance d’avoir une communauté consciente des valeurs que véhiculait le FC Nantes. Des valeurs originelles qui existent toujours au travers de ces supporters avec des actions solidaires et spontanées.”
 
“On m’appelle le Nantais”
 
Il faut dire qu’à Dakar, Ndiawar est surnommé “le Nantais”. “Quand je me promène dans la rue certains ne m’appellent pas par mon prénom, ils me disent ‘Ça va le nantais ?'”, sourit-il. Depuis 1995, Ndiawar Diongue est tombé sous le charme des canaris. “J’avais neuf ans et un ami de mes grands frères, qu’on surnomme ‘Nicolas Ouédec’, avait dans sa chambre des posters du FC Nantes. Il m’a initié et j’ai vu le fameux but de Loko contre Paris sans que le ballon ne touche le sol. Depuis ce jour je n’ai jamais cessé de supporter l’équipe.”
 
Au point de maîtriser tous les effectifs des canaris sur le bout des doigts, y compris les équipes jeunes. “En 2014 j’ai reconnu un jeune U19 dans un restaurant de Dakar. Il m’a dit mais c’est incroyable, comment vous avez fait pour me reconnaître ? Et je lui ai donné les noms des autres joueurs de l’équipe. J’ai deux maillots dont l’un de Franck Signorino offert par Guirane Ndaw qui habite dans le même quartier que moi. Lui aussi m’appelle le Nantais.”
Pourtant, malgré la récente victoire en Coupe de France (qui a fait pleurer le Sénégalais) l’aura des jaunes et verts n’a plus le lustre d’antan. “Dans mon quartier on appelle la rue où j’habite ‘Marseille’ car il n’y a que des supporters de l’OM. Jusqu’au début des années 2000 le FC Nantes était très reconnu pour ses résultats, son centre de formation, mais aujourd’hui le club ne représente plus rien. Moi je reste fidèle. Le FC Nantes a le meilleur public de France et si je viens je serai en tribune Loire.”
 
Mais désormais, il reste un obstacle administratif à surmonter. “Cette semaine, explique Maxime, j’ai pris une journée pour aller avec Ndiawar à l’ambassade de France à Dakar mais nous n’avons même pas pu rentrer. Le timing n’est pas bon car il y a une enquête en cours pour un trafic de visas. La mairie de Nantes a fait un courrier pour nous aider dans nos démarches mais ça n’a pas suffi. Il nous faudrait un soutien de la préfecture de Loire-Atlantique, sinon on en a pour plusieurs mois. Il faut que ça soit la France qui organise le rendez-vous pour qu’on puisse montrer que tout est prêt pour accueillir Ndiawar.” Le canari sénégalais n’attend plus que ce petit coup de pouce pour assister dans un mois à un match de Ligue Europa à la Beaujoire. Il faut désormais faire vite pour que cette belle histoire connaisse une fin heureuse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici