Manifestations du 17juin 2022. Trois idées erronées reçues qui plombent la vie politique au Sénégal ! Par Ibrahima Séne …

Manifestations du 17juin 2022
Trois idées erronées reçues qui plombent la vie politique au Sénégal !

La première idée reçue qui est totalement erronée est celle concernant le rôle et la finalité d’un parti politique.
En effet, là où la constitution stipule que les Partis « concourent à l’expression du suffrage des citoyens, l’on en a déduit allégrement, » que la finalité d’un parti politique, c’est la conquête et la conservation du pouvoir » !
Est ainsi élagué son rôle d’encadrement des populations pour en faire des citoyens, par l’éducation civique et politique, !

Au contraire, le parti politique s’est transformé en une machine électorale de plus en plus sophistiquée, pour la conquête et la conservation du pouvoir !
Ensuite, la seconde idée reçue tout aussi erronée, concerne le rôle de l’opposition
En effet, l’adage qui dit que « le Parti d’opposition s’oppose, et le Parti au pouvoir gouverne » est interprété pour transformer cette opposition en une opposition irréductible quel que soient les circonstances !
C’est cela qui a réduit progressivement la lutte de l’opposition à une défiance permanente des Institutions dans la rue, à la place de débats d’idées et de programmes !
La troisième idée reçue particulièrement nocive, concerne les droits et libertés acquis et codifiées dans la Constitution
En effet, le droit à l’organisation, celui d’expression par la parole, l’écrit, ou par la marche, sont le plus souvent compris de façon erronée comme étant des « droits absolus » !
Or, la constitution dispose de l’encadrement de leur exercice par la Loi et les règlements pour la sauvegarde de l’ordre public, de la sécurité des populations et de l’intégrité du territoire national !
OR, notre intelligentsia universitaire et/ou dans les organisations de Défense des Droits de l’homme dans la société civile, s’obstine à ignorer cette disposition constitutionnelle d’encadrement de l’exercice des Droits et Libertés !
C’est cela qui induit en erreur les citoyens, politiquement organisés ou non, jusqu’à les amener à défier les interdictions de l’autorité administrative, en croyant être dans leur bon droit, t en évoquant leurs acquis codifiés dans la constitution !
C’est cette vision erronée qui donne à l’Apel public à l’insurrection, avec un véritable risque de trouble à l’ordre public, un droit prétendument constitutionnel !
C’est l’ensemble de ces trois idées erronées reçues qui fait le lit à la liquidation de nos Droits et Libertés dans notre République démocratique, fondée sur l’expression libre, démocratique et transparente du suffrage des citoyens, dans le cadre d’un Code électoral, le plus consensuel possible !
A ces trois idées erronées et dangereuses pour notre pays, se greffe un vison historiquement dépassée, mais, aujourd’hui, largement partagée, de l’exercice du pouvoir d’Etat !
En effet, la vision du monopole exclusif de l’exercice du pouvoir d’Etat par un Parti politique est historiquement dépassée depuis 1991, avec le premier « gouvernement de Majorité Présidentielle Elargie », sous le Président Abdou Diouf.
Cette vision de l’exercice du pouvoir est entretenue dans la conscience par la permanence du « régime présidentiel », qu’il soit autocentré ou déconcentré avec un Premier Ministre, alors que depuis 1991, il est établi qu’aucun Parti politique ne peut plus ,à lui seul, conquérir le pouvoir et l’exercer seul !
Mais cette évidence historique est parasitée par une autre vision erronée faisant passer « tout accord entre un Parti dans l’opposition et un parti au pouvoir, comme » le résultat d’une trahison teintée, d’un achat de conscience ou par la corruption » !
C’est tout cela qui fait le lit au radicalisme politique qui gangrène la vie politique de notre pays.
Le respect des Lois et règlements qui encadrent nos droits et libertés, et la réhabilitation de la nécessité historique de coalitions les plus larges possibles pour gouverner le pays , dans la stabilité, « sont devenus incontournables pour sauver notre République démocratique » !

Les Républicains et Démocrates au pouvoir dans l’opposition et dans la société civile sont interpelés !
Ibrahim Sene PIT- S2NEGAL
Dakar, le20 juin2022

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici