Les Italiens aux urnes pour un scrutin incertain

Si la plupart des responsables politiques ont voté dans le calme, Silvio Berlusconi a eu la surprise de voir une militante Femen se dresser sur la table de son bureau de vote. “Berlusconi, tu es périmé”, proclamait le message sur son torse nu.

“Je ne pouvais pas vraiment voir ce qui se passait, caché par la foule”, a commenté le vieux milliardaire. “C’était une belle fille. J’ai une bonne blague mais je ne vous le dirai pas”.

Inéligible depuis une condamnation pour fraude fiscale, M. Berlusconi, 81 ans, a choisi Antonio Tajani, président du Parlement européen, pour diriger le gouvernement en cas de victoire. Mais M. Salvini, fort d’une campagne tonitruante contre Bruxelles et les migrants, entend bien porter la Ligue devant FI et prendre lui-même les commandes.

Le chef du PD, Matteo Renzi, a appelé au “vote utile” contre cette union, brandissant aussi la menace d’une alliance post-électorale entre la Ligue et le M5S, qui officiellement s’en défendent. A Bruxelles en revanche, les responsables européens misent sur une alliance “europhile” entre MM. Renzi et Berlusconi.

Vendredi, le mouvement fondé par le comique Beppe Grillo en 2009, qui avait créé la surprise en raflant 25 % des voix aux dernières législatives de 2013, a clôturé sa campagne en se disant certain de l’emporter.

Nouvelle ère pour le M5S

“Ce soir, c’est la fin de la période d’opposition et c’est le début de la période gouvernementale” du M5S, a assuré Luigi Di Maio, le jeune candidat du Mouvement au poste de chef du gouvernement.

Le M5S pourrait en effet devenir le premier parti du pays, mais il lui faudra probablement se résoudre à des alliances pour gouverner.

“J’ai voté communiste et j’ai été déçu. J’ai voté PD, pendant de nombreuses années, et maintenant j’en ai marre d’eux. Il faut un changement vraiment radical. Donnons leur chance à ces jeunes”, a lancé Francesco, retraité à Pomigliano d’Arco, commune où M. Di Maio a voté près de Naples.

L’organisation du scrutin a aussi connu quelques difficultés en raison d’erreurs sur des bulletins. A Palerme (Sicile), il a fallu ré-imprimer 200.000 bulletins en urgence dans la nuit.

04/03/2018 17:52:23 –          Rome (AFP) –          © 2018 AFP