JET PRIVÉ OU BIJOU PUBLIC ?

L’avion présidentiel ou de commandement fait encore débat. Comme il y a 10 ans avec son prédécesseur, Me Abdoulaye Wade, le Président Macky Sall fait face à la tempête. Les sempiternelles questions sur l’opportunité de l’achat d’un aéronef pour le Chef de l’Etat sont remises sur la table. Au goût du jour même. Pourquoi maintenant et non plus tard ? Pour quoi faire ? À quel prix ? Certains parmi les plus sceptiques, à défaut de le remettre en cause, s’interrogent sur l’argument « Secret Défense » utilisé pour justifier le voile ayant entouré l’opération d’achat.

Des questions légitimes, surtout dans les démocraties modernes qui consacrent la transparence comme mode de gouvernance des ressources publiques. Le contribuable a le droit de demander des comptes dès lors que le moindre franc tiré de sa poche est investi dans une voiture, un train ou un avion. Or c’est le cas aujourd’hui avec la polémique sur l’avion dit présidentiel.

La nouvelle, longtemps gardée secret, est tombée tel un couperet le lundi 24 mai, jour férié, chômé et payé pour raison de Pentecôte. Et c’est le porte-parole du Gouvernement qui est envoyé au charbon pour ne pas dire au pilotage de la communication. Le communiqué du Ministre : « La République du Sénégal réceptionnera le 16 juillet 2021, auprès de la compagnie Airbus, un nouvel avion de commandement présidentiel A-320 NEO, neuf, en remplacement de l’appareil A-319, fabriqué en 2001, acquis en seconde main en novembre 2010, et mis en service en mars 2021 ».

Pour ceux qui ne comprennent pas encore le communiqué, c’est simple. Il y eût « La Flèche des Almadies » de Senghor. Ensuite arriva « La Pointe de Sangomar » qui accompagna les 19 ans de Diouf et une partie des années Wade. Et vint par Wade « La Pointe Sarène » dont hérita Sall qui vient de décider, à son tour, de ranger le vieil appareil au Musée des archaïsmes.

La lecture du communiqué du Ministre porte-parole du Gouvernement amène à poser la question suivante : que s’est-il passé pour que le Sénégal soit obligé… en seulement 10 ans, de changer d’avion pour le président de la République (!) Comme on changerait de chemise ? L’A-319 acquis en seconde main en 2011, sous la présidence Abdoulaye Wade, était-il déjà vétuste ? Les 20 milliards de francs CFA annoncés officiellement comme étant le prix de l’avion alors utilisé par le président français Nicolas Sarkozy, se justifiaient-ils pour un tel aéronef ? Erreur de jugement. N’aurait-il pas été plus judicieux d’acquérir un nouvel appareil à l’époque ? Avec le recul, oui. Mais que n’aurions-nous pas dit !

Le même questionnement accueille l’arrivée prochaine du nouvel avion de commandement présidentiel. Son prix d’achat de 57 milliards donne de l’urticaire à de nombreux acteurs politiques et de la société civile. Normal. A chacun son rôle. Et les critiques peuvent se comprendre au regard du court intervalle entre les deux Airbus qui auront finalement coûté près de 80 milliards sans compter toutes les autres charges liées à leur exploitation. Le contexte de rareté de l’argent consécutif à la difficile période de pandémie et le plaidoyer du Sénégal pour l’annulation de la dette africaine ne sont pas moins des arguments en défaveur de l’acquisition du luxueux A-320.

Cependant, à côté de toute thèse il y a une antithèse. Pour légitimes que soient les interrogations sur l’opportunité de la dépense et les exigences de transparence exprimées, il est à reconnaître qu’un Avion présidentiel n’est pas un luxe encore moins un jouet. C’est une question de souveraineté. De rang. De prestige. De sécurité surtout du président de la République. Et de sûreté de l’Etat. S’y ajoute que le Chef de l’Etat ne sera pas le seul passager de l’avion. D’autres vont l’emprunter.

Loin d’être un jet privé, l’appareil est plutôt un bien public que le propriétaire, l’Etat du Sénégal met à la disposition du président de la République. Certes, il s’appelle aujourd’hui Macky Sall. Mais demain, il se nommera X ou Y. Quant au coût, 57 milliards jusqu’à plus ample informé, les modalités du règlement, étalé sur 24 mois nous semblent acceptables. 2 milliards 375 millions par mois, ce n’est quand même pas la mer à boire pour un Etat qui n’est pas en situation de banqueroute. Si on y soustrait les 5 milliards qui seront récupérés de la vente de la défunte Pointe Sarène, on peut dire que le compte est bon.

Le 16 juillet, la République réceptionnera son nouveau bijou. Remarquez qu’on sera à 2 jours près du 14 juillet, fête nationale de la France. Le 16 et non le 14 juillet, les symboles sont ainsi saufs. Heureusement. Bienvenue à bord, décollage imminent… !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!