Italie : Un ouvrier sénégalais tombe d’un silo et meurt

Single Post

Mercredi dernier, alors que les sénégalais fêtaient la Tabaski, en Italie, plus précisément à Trévise, un accident s’est produit au siège de la via Ex Bombardieri à Ponte della Priula, dans l’usine de production de chaux et de matériaux de construction. Depuis l’escalier d’un silo, en plein travail, un jeune homme du nom d’Aziz a fait une chute de près de 20 mètres et trouvera la mort devant son père.

La scène, selon « Corriere de la Sierra », s’est passée à l’intérieur des Fours Grigolin à Susegana dans la région de Trévise. La victime âgée de 23 ans est arrivée à l’heure dans l’entreprise et a commencé son service à 7h 30. La matinée passa vite, jusqu’à peu avant 13 heures, lorsque les travaux l’ont amené à gravir l’échelle raide menant au sommet du silo pour effectuer les opérations de nettoyage. De là subitement, pour des raisons qui font l’objet d’une enquête, le garçon est tombé dans le vide sur une vingtaine de mètres. Un vol qui s’est terminé par un impact énorme et fatal. Parmi les premiers à l’aider, se trouvaient son père et d’autres membres de sa famille qui travaillaient avec lui.

L’ambulance, la voiture médicale et l’hélicoptère Suem 118 sont arrivés sur les lieux en quelques minutes. Les médecins ont tenté de le réanimer pendant plus d’une demi-heure devant son père désespéré. Mais les blessures étaient trop graves et le cœur du jeune homme de 23 ans n’a jamais recommencé à battre. Une tragédie dont les causes n’ont pas encore été élucidées.

Le procureur a ouvert un dossier pour homicide involontaire et a confié les enquêtes aux inspecteurs de la Spisal de l’Usl 2 et aux carabiniers. Dans les prochaines heures, il pourrait décider de procéder à une autopsie. Dès les premières constatations, en effet, il ne pouvait être exclu qu’Aziz avait une maladie qui l’avait fait tomber. Pour cela, les images des caméras de l’entreprise ont été requises. Le jeune homme portait un équipement de protection et se trouvait dans un endroit sensiblement sûr, explique Enrico Feletto, l’avocat du groupe Grigolin. Pour cette raison, nous ne pouvons pas expliquer ce qui a pu se passer. Un immense drame, les propriétaires sont bouleversés, renchérit-il.

La nouvelle de sa mort se répandit rapidement dans toute la ville. Le maire Vincenza Scarpa a publié un communiqué de deuil de la ville et la revue Susegana Estate a annulé le spectacle prévu mercredi soir. Et tandis que les syndicats CISL et UIL dénoncent « encore une mort au travail, qu’ils qualifient de massacre sans fin », Aziz se souvient Sara Busetti qui, avec son mari, gèrent la librairie Ponte della Priula où, chaque semaine, le jeune homme allait envoyer de l’argent aux parents : « Deux yeux noirs et un sourire timide, dit-il. Aziz était très gentil. Il était si fier de pouvoir envoyer cet argent chez lui chaque semaine. Il était arrivé en Italie en 2017 pour retrouver son père qui travaille ici depuis vingt ans. D’abord est venu le travail stable, dans la cimenterie qui lui a permis d’envoyer ses proches en Afrique. »

Aziz était l’autre face de l’immigration, celle que peu veulent voir », conclut-il. De bonnes personnes, qui sont venues en Italie pour offrir un avenir meilleur à leurs proches…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!