Gabon : nouvel aller-retour express d’Ali Bongo à Libreville

0
411

Un retour dans le bruit et la polémique. A l’arrière de la vitre baissée de sa voiture, Ali Bongo s’est offert une promenade avec son cortège dans les rues de Libreville pour son deuxième retour en moins de deux mois dans la capitale gabonaise. Arrivé au Palais du bord de mer dans la nuit du dimanche 24 au lundi 25 février, le président gabonais a accordé des audiences à plusieurs personnalités politiques. Mais le chef de l’Etat gabonais est accueilli par une polémique réactivée par Zacharie Myboto, l’opposant qui en appelle à déclarer la vacance du pouvoir.

Jusqu’à ce que la télévision publique diffuse les images d’Ali Bongo recevant Faustin Boukoubi, le président de l’Assemblée nationale, Lucie Milebou, la présidente du Sénat, Marie-Madeleine Mborantsuo, la présidente de la Cour constitutionnelle, Julien Nkoghe Bekale, le Premier ministre, les plus sceptiques voulaient que le personnage soit un clone du chef de l’Etat gabonais. Une rumeur qui a circulé sur la toile, axée sur le recouvrement rapide d’Ali Bongo dans sa gestuelle.

 Ali Bongo en meilleure forme physique

Il faut dire que la forme physique du locataire du Palais du bord de mer est meilleure. Les images d’un Ali Bongo debout, saluant les personnalités reçues en audience dans le salon marocain du Palais tranchent avec celles d’un président sur fauteuil roulant lors de son retour furtif à Libreville le 14 janvier dernier pour la cérémonie de prestation de serment du gouvernement.

La gouvernance à distance, par aller-retour express, risque de devenir une habitude pour remplir des exigences constitutionnelles d’un président en convalescence au Maroc depuis trois mois, après l’AVC qui l’a foudroyé le 24 octobre à Riyad, en Arabie Saoudite. Rentré à Libreville dans la nuit du dimanche 24 au lundi 25 février, Ali Bongo effectue son deuxième retour temporaire dans la capitale en moins de deux mois. Un retour à la veille de la Déclaration de politique générale de son Premier ministre, ce mardi 26 février, à l’Assemblée nationale, suivi du vote de confiance qu’il devrait recueillir, le PDG( au pouvoir) ayant raflé la majorité parlementaire.

Myboto réclame la vacance du pouvoir, Ali Bongo rentre

S’il n’est pas prévu qu’Ali Bongo soit présent à l’Assemblée nationale comme l’indique son entourage, les deux hommes se sont rencontrés pour peaufiner les détails de cette déclaration. Entre les lignes, en revenant à Libreville, Ali Bongo montre qu’il suit, même depuis Rabat, les grands dossiers concernant le Gabon et se prépare sans doute à un retour définitif aux affaires.

Pour convaincre encore les plus incrédules de sa forme physique, le président s’est offert une promenade dans la capitale à bord de son véhicule roulant au pas, vitre baissée, salué par une foule clairsemée. Les images partagées par Ike Ngouoni, le conseiller spécial chargé de la communication présidentielle, se veulent une confirmation de récupération rapide des séances de rééducation présidentielles dans la capitale marocaine.

En revanche, ce nouveau retour d’Ali Bongo ne s’est pas fait sans réactiver une polémique. Le 22 février dernier, l’opposant Zacharie Myboto a exigé que la vacance de pouvoir soit déclarée et un dialogue républicain organisé dans le pays. De là à croire que la coïncidence de sa déclaration et le second retour d’Ali Bongo à Libreville soient liés, il n’y a qu’un pas

 

IBRAHIMA BAYO JR.
afrique.latribune.fr