Cumul de fonctions : Sonko laisse la « patate chaude » aux concernés


La question du cumul des fonctions a été soulevée lors des récentes élections législatives au sein du parti Pastef. Pour beaucoup, les élus de Pastef doivent se conformer à cette logique qui consiste à démissionner d’un poste lorsque l’on détient deux mandats électifs. Une proposition qui figurait d’ailleurs dans le programme du candidat Ousmane Sonko en 2019.
 
Revenant sur le sujet, le leader de Pastef affiche la même posture. « Il n’y a pas de loi qui interdit le cumul donc si on doit parler de cumul aujourd’hui, on ne doit en parler que sous l’angle moral », a déclaré Ousmane Sonko. Ce dernier, revenant sur les conditions d’investitures des personnes concernées par le cumul, affirme les avoir « personnellement » appelé. Toutefois, le leader de Pastef révèle les avoir demandé aussi « d’opter pour l’un ou l’autre » après la victoire.
 
Le maire de Ziguinchor affirme ne pas avoir le pouvoir « de les contraindre à démissionner car il s’agit d’un mandat conféré par le peuple ». De ce fait, “seuls les concernés sont aptes à prendre une telle décision”. Ousmane Sonko a, par ailleurs, annoncé une proposition de loi interdisant le cumul de mandat afin que ce soit « impératif pour tout le monde ».
 
Rappelons que le président du groupe parlementaire Yewwi Askan Wi, en l’occurrence Birame Souleye Diop est concerné par cette situation. Ce dernier est à la fois maire de Thies Nord et député.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici