Couplage des élections : Seydou Gueye brouille les pistes

L’énième report des élections locales fait sortir l’opposition de ses gonds.Si la société civile persiste dans l’organisation de ces joutes  dans les plus brefs délais,le pouvoir lui semble faire dans le dilatoire.Mais pour le ministre porte-parole de l’Apr, Seydou Guèye, rien n’est encore figé pour le moment. Tout peut y arriver.

Il l’a fait savoir, hier, au cours de l’émission Pencco, de Walf Fm. «Couplages des élections, c’est possible comme ce n’est pas possible. Parce qu’il y’a beaucoup d’avis divergents. Et il y’a trois écoles. La première théorise le couplage, la deuxième préfère qu’on les sépare. Alors que la troisième affirme que c’est la nature du régime qui détermine l’agenda électoral.

Moi, je suis de cette dernière école», dit-il. «Au Sénégal, nous avons le régime présidentiel. C’est la population sénégalaise qui détient la légitimité et vote pour choisir le président de la République. Ce dernier doit avoir une majorité mécanique qui doit défendre son projet politique à la l’Assemblée nationale.

Un pays qui n’a pas de majorité mécanique ne peut pas gouverner convenablement», poursuit-il. Seulement comme que ce sont les locales qui sont les prochaines échéances électorales dans le calendrier républicain, il affirme et réitère qu’elles ne vont pas sortir de février, même s’il a constaté leur report.

Selon lui, les élections ne vont pas dépasser février 2022. «C’est la démocratie qui fonctionne ainsi, elle a ses rendez-vous. Si tu vois l’histoire politique du Sénégal, c’est très rare qu’on respecte les dates des élections locales.

Seule l’élection présidentielle n’a pas changé de date. Notre arsenal juridique qui se base sur la loi et le règlement le permet», indique Seydou Guèye ajoutant qu’il y a deux choses dans ces locales. A l’en croire, on les repousse pour permettre aux maires de continuer le travail ou bien on installe la délégation spéciale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!