Le Tonnerre

Le monde Afrique

A Madagascar, les électeurs peuvent se rhabiller tous les cinq ans

Les habitants attendent ensuite que le prochain prézida tranche dans le débat qui oppose depuis plus de vingt ans plusieurs dizaines de paysans menacés d’être expulsés des terres qu’ils cultivent depuis le départ des colons. En effet, un ancien ministre de Didier Ratsiraka (l’ancien prézida, encore candidat cette année sous le n° 21) a habilement fait jouer le droit en sa faveur et s’estime propriétaire des 600 hectares de la plaine d’Ampalaha.

En fait, les habitants de Morafeno attendent donc un plombier et un huissier de justice. Ils viennent de voir un colleur d’affiches qui a placardé la photo du n° 25 (Marc Ravalomanana) sur une vieille porte en bois. Il a distribué quelques tee-shirts sans trop s’attarder. Ce sera probablement dans ce village reculé le seul signe tangible du processus démocratique en cours, avant le vote du 7 novembre.

Peu d’empressement pour aller voter

De l’autre côté de la Grande Île, sur la côte est, le village d’Ambila étire ses cases en falafa sur l’étroite langue de sable qui sépare le canal des Pangalanes de l’océan Indien. Du temps où les colons y venaient en villégiature, ils avaient construit en bordure de plage des maisons en dur dont les ruines sont aujourd’hui avalées par la végétation. En 2013, j’étais sur place lors du second tour de la présidentielle et j’avais noté le peu d’empressement des villageois pour aller voter. Qu’attendaient et qu’attendent donc encore les électeurs ?

A Ambila, on semble souffrir de l’enclavement, parce que la seule piste qui relie le village à Brickaville (le gros centre administratif) n’est qu’une succession d’ornières profondes et de marches d’escalier sur 13 km, s’achevant par un vieux bac qui traverse le canal des Pangalanes, poussé à la perche quand le vent n’est pas trop fort. Peu de véhicules s’y hasardent.

Lire aussi :   Présidentielle à Madagascar : André Mailhol, le candidat de l’Apocalypse

Le paradoxe du désir de route carrossable vient du fait que la voie ferrée Antananarivo-Tamatave passe précisément par Ambila. C’est même là qu’elle franchit le canal des Pangalanes sur un pont encore debout. Mais les trains sont rares : quelques wagons de marchandises et citernes tous les trois ou quatre jours. Les anciens se souviennent du temps où le train de voyageurs était quotidien et ponctuel, chaque jour à 8 heures dans un sens et à 16 heures dans l’autre. C’était il y a longtemps, dans les premières années de pouvoir du prézida Didier Ratsiraka (1976-1993). La gare, qui n’a plus d’utilité concrète, est en ruine, comme d’ailleurs la poste, qui a néanmoins conservé sa boîte aux lettres dont la couleur bleue héritée des PTT françaises est à peine délavée. A l’ère des SMS et dans un pays où l’analphabétisme atteint 30 % chez les adultes, l’écrit n’a plus le même statut.

Habillés jusqu’en 2023

Les électeurs attendent-ils du prochain prézida qu’il leur apporte l’électricité ? Il semble que non si l’on en juge par le nombre de petits panneaux solaires chinois qui équipent les cases en falafa. La solution individuelle commence donc à prévaloir, et le pays fera peut-être l’économie d’un programme massif d’électrification des campagnes. Quant à l’eau potable, elle est annoncée pour bientôt, mais le prézida sortant (le n° 12, Hery Rajaonarimampianina) ne pourra pas s’en vanter car ça ne coulera pas avant les élections et la fourniture sera payante.

Peut-être l’un des candidats a-t-il promis de faciliter l’accès à des soins de santé de proximité ? Apparemment, il ne connaît pas le terrain, car depuis des années l’ONG Ar Mada s’installe pendant trois jours tous les deux mois avec médecins et infirmiers français dans un campement à la sortie du village, et tous les habitants y ont leur carnet de santé à jour. A-t-on encore besoin d’un dispensaire de l’Etat ?

Lire aussi :   Présidentielle à Madagascar : les femmes sonnent le réveil citoyen

A Ambila, la plupart des électeurs n’attendent donc pas grand-chose du prochain scrutin présidentiel. Un colleur d’affiches est néanmoins passé et il a placardé le portrait du n° 13 (Andry Rajoelina). Il a laissé des tee-shirts, pas beaucoup, mais à Ambila il ne fait pas froid. Ici aussi on pense que la misère est moins pénible au soleil.

Dans les villes, la « propagande » est nettement plus tapageuse, au sens où elle dépasse l’entendement. Ainsi, le candidat n° 13 organise-t-il des feux d’artifice à l’issue de ses meetings, ce qui est le meilleur moyen d’imprimer des étoiles dans les yeux des électeurs. Ils repartent par centaines vêtus du tee-shirt à son effigie. S’ils en prennent soin, ils seront habillés jusqu’en 2023.

Christian Bouquet est chercheur au LAM (Sciences Po Bordeaux) et professeur émérite de géographie politique à l’Université Bordeaux Montaigne.

Cet article a d’abord été publié sur le site de The Conversation.

Comments

Les plus populaires

Le Groupe Tonnerre Communication est un groupe de presse qui a une vocation internationale pour l'Afrique et la diaspora Francophone. Basé à Paris, le site www.letonnerre.com, est le premier jalon d'une aventure dont la finalité est de faire rayonner l'Afrique francophone. letonnerre.com a une ligne éditoriale centrée sur le commentaire et l'analyse qui visent à créer un espace de débat en se plaquant comme un hub d'informations. Étant aussi une tribune pour les acteurs et dirigeants de l'Afrique francophone, l'esprit militant et engagé pourrait éventuellement être retrouvé dans nos articles.

Copyright © 2018 Le Groupe Tonnerre Communication

To Top