“Alassane Ouattara est un menteur”, avait dit le président Laurent Gbagbo (Vidéo)

 

Le mensonge politique est à lui-même sa loi, sa justification, son explication, et il est bien évident qu’on ne peut rien en dire de plus ou presque sauf à le blâmer.

Les critiques qui se penchent sur le mensonge politique et l’analysent pour le réduire à des motivations de divers ordres, emprisonner son sens dans des formules qui le condamnent toujours quasi-unanimement ou de pseudo-équivalences moralisatrices, substituer des rationalisations à son énigme (la vérité finira toujours par surgir), ne parviennent qu’à l’assécher de son sang : travail homicide de l’esprit. On comprend Gbagbo dans ce contexte.

En côte d’ivoire aujourd’hui, l’homme qui maîtrise bien cette pratique du mensonge politique serait, au yeux de Laurent Gbagbo, (il l’avait dit), lui-même écarté de la course à la présidentielle d’octobre 2020, le président Alassane Ouattara, l’exemple parfait du déni…

Ici, nous sommes en 2010, le président Gbagbo, face aux journalistes de France 24, répondant à une question évoquant le nom d’Alassane Ouattara, le traitait de menteur. Description de son rival qui convenait bien à ces yeux à cet date et voilà qu’il semble avoir raison face à la volte-face d’Ado qui va briguer une troisième candidature contre sa parole d’hier.

Il n’y a sans doute pas de réponse définitive à en donner, d’interprétation fermée à en livrer. Soit ! Mais il importe de ne pas se laisser distraire de la question tant le jugement sur le mensonge semble convenu…

“Le langage politique est conçu pour que les mensonges paraissent vrais et les meurtres respectables, et pour donner à du vent l’apparence de la solidité”, n’est ce pas disait George Orwell.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!