Affaire Tchiky : Les avocats des bodyguards de Sonko guillotinent Oumar Ndione

Oumar Ndione, ce jeune homme de petite taille, a secoué la quiétude de plusieurs pères de famille. Il serait l’homme qui a mis le feu aux poudres, le 30 octobre dernier à Tchiky.
En fait, Oumar Ndione est le frère de la chargée de mission à la présidence, Fatou Ndione. C’est par lui que tout est parti.

 

À la barre, il a comparu en tant que partie civile et prévenu. Car il a porté plainte contre la garde rapprochée d’Ousmane Sonko. Des membres de la mouvance du leader politique ont aussi porté plainte contre Oumar Ndione. 
Ainsi, le jour des faits, Oumar Ndione, qui avait l’intention de saboter la visite de Sonko, est allé au quartier Mbossé où le leader du Pastef et sa délégation ont été reçus par le responsable politique local Seck Ndour. Il a provoqué les éléments de la garde rapprochée de Sonko en les insultant. Une bagarre s’en est suivie.
 
Oumar est parti chercher du renfort et avec ses éléments, ils ont attaqué, avec des jets de pierre le cortège d’Ousmane Sonko. 
C’est ainsi que les gardes du corps ont évacué Sonko par la porte dérobée de la maison de Seck Ndour, avant de contourner le centre de Tchiky pour se rendre au village de Bandia, situé à quelques kilomètres. 

 

Selon le procureur, la délégation d’Ousmane Sonko a été mise au courant qu’une voiture 4×4 a été abandonnée. Et les jeunes avaient pour dessein de la brûler et d’en faire un trophée de guerre sur les réseaux sociaux.
 
La garde rapprochée de Sonko est revenue sur les lieux pour récupérer le véhicule. Les gardes du corps ont tapé les jeunes pour qu’ils leur remettent les clés. C’est ainsi qu’Ibrahima Ndione, un parent de Fatou Ndione, a été battu au point d’avoir les deux bras cassés. Oumar Ndione, lui, a perdu connaissance des suites de sa bastonnade.
Le procureur Mamadou Diop assure qu’il n’y avait aucun doute qu’Oumar Ndione était l’instigateur et l’auteur de la provocation qui a abouti à cette violence. 
 
Oumar Ndione est le fauteur de troubles du village, accusent les avocats 
Oumar Ndione a répondu des délits de détention illégale d’arme, de coups et blessures volontaires, de dommages à la propriété mobilière et immobilière d’autrui.
 
Ses victimes sont Pathé Mbaye qui a vu les vitres de son véhicule brisées. Un responsable politique du Pastef à Mbour, du nom d’Ousmane Diop, a été blessé à la tête et au coude. Il a déclaré avoir reçu des jets de pierre d’Oumar Ndione. Mamadou Diambang a eu plusieurs blessures occasionnées par les jets de pierre.
 
Le pool d’avocats de la garde rapprochée d’Ousmane Sonko a réclamé la relaxe pure et simple des gardes. “Les relaxez ne serait qu’au bénéfice du doute”, ont demandé les différents avocats.

 

Dans ce dossier, la seule personne qui doit être condamnée, jugent-ils, c’est Oumar Ndione. Ne serait-ce que pour “incitation à la violence”. Une sanction exemplaire a été demandée à son endroit.
“Comment Oumar Ndione peut-il faire des ‘tchiky tchiky’ à Tchiky et que des personnes qui ne sont pas du même bord politique que lui soient interdites d’accès à Tchiky ?”, a ironisé Me Étienne Ndione. Selon qui les prévenus n’étaient concentrés que par la sécurité du leader du Pastef.
 
Ainsi, pour lui, on ne trouve pas un coupable juste pour trouver un coupable. 
 
Les techniques qui ont abouti à l’identification de la garde de Sonko n’ont pas été respectées, ont souligné les avocats. Les dispositions de l’article 309 ont été évoquées et une excuse de provocation soulevée.
Ainsi, les faits sont consécutifs à une provocation. Une peine de 15 jours a été demandée. Ce qui, selon les avocats, participera certainement à l’apaisement du climat social, à défaut de leur accorder un sursis.
“C’était inélégant la manière dont mes clients ont été arrêtés. Quand les gens étaient en train de s’affronter, eux, ils étaient en train de protéger Ousmane Sonko. On ne les a pas pris sur les faits. Sur une dizaine de gardes du corps, il n’y a eu que cinq personnes arrêtées. Dans cette affaire, il y a eu  mensonge, car il fallait trouver des coupables”, dénonce Me Étienne Ndione. 
“Malheur par qui ce problème est arrivé”, pestent les avocats
 
Pour Me Sow, leurs clients ne sont pas des personnes méchantes. “L’incarnation de Satan est en Oumar Ndione. Il a intérêt à extirper le démon qui dort en lui. C’est à cause de lui, si aujourd’hui ces personnes sont jugées. Il a provoqué une bagarre et il en est sorti blessé. Il faut que les gens arrêtent de dire que tel lieu est le titre foncier de tel homme politique. Il n’y a pas de titre foncier dans ce pays. Chaque parti et chaque homme politique a le droit d’aller où il veut et quand il veut dans ce pays”, tance Me Sow. 
Témoin oculaire des faits, Me Tall explique que “c’est au moment où Seck Ndour, un responsable politique de Tchiky, courtisé par le pouvoir, a voulu les rejoindre que cela a dérangé des personnes. 
“Ce qui s’est passé a été bien préparé et dicté. Il fallait atteindre la garde la plus proche. Ils vaquent à leurs occupations comme des Sénégalais, mais d’autres veulent leur en empêcher.  Quand deux camps se frottent, il faut chercher les provocateurs et les instigateurs. Et Oumar Ndione a été peint comme un fauteur de troubles. Il a voulu infiltrer la maison de Seck Ndione et on l’en a empêché. Il a insulté le maire. Oumar avait prémédité de saboter le ‘Nemeeku Tour’.  Il se présente comme une victime. Oumar Ndione empêche les gens de Tchiky de dormir. Oumar Ndione est dans toutes les sauces. Dans les navétanes, dans le foyer des jeunes… Oumar Ndione fourre partout son nez et il ne laisse personne tranquille”, déplore Me Tall. 
Le procureur a demandé qu’Oumar Ndione soit condamné à 1 an de prison dont 6 mois ferme. Le verdict est attendu le 29 novembre prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici