Les passagers et conducteurs qui empruntent la route Thiaroye-Yeumbeul continuent de vivre des épreuves pénibles. Traverser ce réseau routier relève d’un véritable parcours d’un combattant. Les automobilistes sont obligés d’emprunter parfois des voies de contournement. 
 
En effet, ce tronçon est une parfaite illustration du vrai visage des routes de la banlieue en profondeur surtout en ces périodes d’inondations. Cette partie de la capitale souffre d’un mal profond. Une situation que déplore ce conducteur de taxi : ” Je ne prends plus les courses de Thiaroye-Yeumbeul, j’ai changé d’itinéraire. Après cette décision, ma voiture ne tombe plus en panne. Il y a beaucoup de trous qui ne sont pas visibles à cause des eaux pluviales”, presse Vieux Diouf.
L’axe Tally Diallo qui mène à la police de Thiaroye semble être pire. Sur ce trajet, des eaux stagnantes rougeâtres, des nids-de-poules campent le décor. Et voilà les dures épreuves que Mamy Top affronte quotidiennement pour rallier son lieu de travail sis à Pikine Texaco. ” Depuis lundi dernier, la situation est plus critique. Vraiment je ne peux pas déverser le trop plein d’amertume. A cause de cette route maintenant, je tombe souvent malade. Les autorités compétentes doivent agir le plus vite possible “.
 
Le vieux Mohamed Ndiaye vit au quartier Thierno Ndiaye depuis 1955. Un motif pour le septuagénaire de tirer la sonnette d’alarme. L’état de dégradation de la route lui tient à cœur. Parfois il est obligé de débourser des sous supplémentaires en cette période d’hivernage pour arriver à destination. ” Cette route a été bitumée aux temps de l’ancien président Senghor. L’Etat doit reconstruire cet axe au lieu de se contenter à réfectionner. Présentement je dois partir à Guédiawaye mais je suis obligé de débourser le double des tarifs habituels “, martèle-t-il.
 
En plus, les inondations viennent s’ajouter aux multiples difficultés des usagers et chauffeurs. Selon nos informations, un projet de bitumage a été lancé pour permettre aux populations de se débarrasser du fardeau. Mais les problèmes d’accessibilité de la zone risquent de perdurer car les familles qui seront impactées jugent insuffisantes les indemnités proposées par l’État du Sénégal

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici